DROITS ET AVANTAGES D’UN REFUGIE DANS UN « CAS »

DROITS ET AVANTAGES D’UN REFUGIE DANS UN « CAS »

Faisons la clarté sur les CAS,centre d’accueil extraordinaire.

L’article 1 de la convention de Genève, comme modifié du protocole de 1967, établit la définition suivante du réfugié :                                                                           « Personne, dans la crainte justifiée, d’être persécuté pour des raisons de race, de religion, de citoyenneté, d’appartenance à un groupe social déterminé, ou pour des opinions politiques, se trouvant hors de l’état dont il possède la citoyenneté et qui ne peut, ou par peur, ne veut pas demander la protection du dit état, ou quiconque, étant apatride et se trouvant hors de son état d’origine par suite d’évènements, ne peut , ou par peur, comme indiqué précédemment, ne veut pas y retourner ».

En quoi consiste le remboursement de chaque hôte.

Les gestionnaires d’un CAS reçoivent  en remboursement de l’état Italien, par le biais de la Préfecture locale, la somme de 35 euro par jour pour chaque demandeur d’asile accueillit(montant maximum qui peut être plus bas en fonction de la réduction que peut appliquer le gestionnaire).  De ce montant sont dévolus directement 2,50 euro à la personne accueillie pour lui permettre des petites dépenses personnelles.  La contribution journalière attribué aux gestionnaires doit être utilisée pour pouvoir offrir aux requérants la série de services suivants:

-accueil matériel (nourriture ,logement, vêtements, hygiène…)

-médiation culturo-linguistique (10H de cours d’Italien)

-tutelle légale (accès aux  avocats spécialisés)

-la tutelle socio-psycho-sanitaire (en collaboration avec les services publics préposés)

-l’orientation aux services du territoire :cette contribution sert à couvrir toutes les dépenses du personnel qui s’occupe des ébergés.

 

Ajoutons, qu’enfin, passé 60 jours, depuis la demande du statut de réfugié, chaque personne accueillie en Italie est considérée être en règle comme chaque citoyen Italien.